Top Nav Breadcrumb - French0

De Duke à la Jordanie : le parcours d’une ancienne élève de l’IB

Kayla Morton est allée étudier en Jordanie dans le cadre de ses études à l’Université Duke.

Kayla Morton est allée étudier en Jordanie dans le cadre de ses études à l’Université Duke.

Vous connaissez un diplômé de l’IB qui a une influence positive sur le monde qui l’entoure ? Envoyez-nous son histoire à l’adresse alumni.relations@ibo.org. L’article ci-après nous a été soumis par la Suncoast High School.


Chacun connaît le pouvoir de la langue pour faire tomber les barrières. Rien de tel que de s’adresser à son interlocuteur dans sa langue natale, même si ce n’est que pour le saluer d’un « Hello » ou d’un « Hola ! », pour créer instantanément un sentiment de camaraderie. Kayla Morton a étudié à la Suncoast High School à Riviera Beach, en Floride, où elle a obtenu le diplôme de l’IB en 2013. Sa passion pour les langues l’a menée vers de nouveaux horizons passionnants. Après avoir étudié le français en tant que langue B au secondaire, elle a choisi d’étudier l’arabe à l’Université Duke, puis de passer l’été à Amman en Jordanie.

Une fois là-bas, Kayla a fait du bénévolat auprès du Royal Botanical Garden (RGB). La mission de cette toute jeune ONG est de « préserver la flore et la biodiversité de la Jordanie grâce à la multiplication et à l’exposition des plantes indigènes, à la réhabilitation des habitats à l’échelle systémique, à la recherche, à la démonstration des pratiques durables et au partage des informations ». À cette fin, la jeune Britannique a passé des journées à saisir des données de localisation des plantes, lesquelles sont utilisées par la Jordan Red List, une publication qui évalue les risques d’extinction de chaque espèce de plante présente en Jordanie. « Mon quotidien se résumait à saisir des données, mais je savais qu’à long terme cette publication soutiendrait les efforts de conservation déployés par la Jordanie au cours des prochaines années », a-t-elle observé.

Morton2Parallèlement à ses activités de bénévolat, Kayla a pu mettre en pratique l’arabe, sa troisième langue, dans sa famille d’accueil. Elle a également eu l’occasion de visiter de nombreux sites historiques du pays. Ses compétences linguistiques ont été particulièrement mises à l’épreuve au cours d’un bref séjour dans les régions rurales de la Jordanie où, entre autres activités, elle a assisté à un mariage et a visité une église vieille de 1 500 ans. En développant sa maîtrise de la langue, Kayla a pu communiquer avec des personnes d’horizons variés, notamment des réfugiés syriens et palestiniens, ce qui lui a donné une perspective plus large du Moyen-Orient.

Kayla prévoit de poursuivre ses études en politique publique de l’environnement et en sciences politiques, en accordant un intérêt particulier aux politiques environnementales internationales. En effet, la jeune femme souhaite s’investir dans la préservation accrue des fonds marins à l’échelle internationale. Pour mener à bien cette mission, elle s’appuiera une fois de plus sur la sensibilité internationale ainsi que sur l’action et le service qu’elle a développés dans le cadre de l’IB.