Top Nav Breadcrumb - French0

Un kilomètre dans mes souliers

Des élèves du PP ont vécu comme des réfugiés pendant une journée afin de se sensibiliser davantage à la situation de ces derniers et d’approfondir leur compréhension sur ce sujet. Cette initiative a ouvert la voie à des projets de service communautaire à plus grande échelle.

Après avoir étudié l’expérience des réfugiés, des élèves de l’International School of Uganda (ISU) ont décidé de sensibiliser le public et de démontrer que tout le monde devrait être traité de façon égale.

Les élèves du Programme primaire (PP) ont organisé une « journée des réfugiés » au sein de leur établissement. Dans le cadre de leur recherche sur les migrations humaines, les élèves ont franchi des frontières imaginaires, ont créé des abris et sont allés s’approvisionner en eau dans un puits local, dans le but de vivre la vie de millions de réfugiés dans le monde. Ils se sont également entretenus avec des membres du personnel local, composé en grande partie de réfugiés, sur leur expérience de la migration.

Les élèves ont compati avec la détresse des réfugiés. Leur apprentissage les a tellement inspirés qu’ils ont décidé de créer, dans le cadre du deuxième module de recherche sur les processus scientifiques, des produits visant à résoudre quelques-uns des problèmes identifiés. Entre autres produits, certains ont fabriqué des filtres à eau à partir de matériaux recyclés et d’autres ont créé des poêles en argile.

Cette initiative s’est transformée en un véritable effort dirigé par les élèves à l’échelle de l’établissement. Les élèves du Programme du diplôme de l’IB de l’ISU ont établi un partenariat avec un centre de réfugiés des environs, au sein duquel ils donnent des cours d’informatique et de langue.

Pour Andrew Shuttleworth, enseignant du PP, il s’agit d’un « effort inconscient » entre les différentes sections de l’établissement : « L’Ouganda étant une véritable plaque tournante pour les réfugiés (en raison de ses frontières avec le Congo et le Soudan du Sud), il était naturel que ce sujet émerge dans les recherches menées dans tout l’établissement.

Nous encourageons tous les élèves à regarder les actualités locales et à trouver des histoires qui ont lieu dans leur communauté. En tant qu’enseignants, nous agissons en soutenant leur recherche. »

Ryan Hopkins-Wilcox, coordonnateur du PP, a ajouté : « Nous avions le sentiment que dans une école internationale, le thème des migrations touchait directement chaque élève, beaucoup d’entre eux ayant vécu cette expérience personnellement. Il nous semblait que certains élèves n’étaient pas vraiment au courant de l’actualité sur les migrations ou les réfugiés. »

« Pour beaucoup de parents, ce projet a été une révélation et les a décidé à agir. Certains ont déclaré avoir développé une meilleure compréhension du problème après ce que leurs enfants et eux-mêmes avaient vécu pendant la journée des réfugiés. Ils ressentent une plus grande empathie à l’égard des réfugiés », a-t-il poursuivi.

Ce billet fait partie de notre série d’articles extraits du magazine IB World qui retracent les formidables initiatives entreprises par des élèves et des professionnels de l’éducation de l’IB du monde entier. Vous pouvez suivre ces articles sur Twitter via le compte @IBWorldmag ou le mot clé #IBcommunitystories (en anglais uniquement). Racontez-nous vos histoires et vos expériences par courriel à l’adresse editor@ibo.org.