Top Nav Breadcrumb - French0

Autonomiser les femmes au Viet Nam

Une initiative de microfinancement mise en place par des élèves du Programme du diplôme contribue à augmenter les revenus de personnes dans le besoin.

Dans de nombreux pays en transition, ce sont les femmes des populations vulnérables qui bénéficient en dernier de la croissance économique.

Par exemple, dans la communauté agricole de Phu Min, au Viet Nam, les hommes migrent souvent vers les villes pour trouver des emplois peu qualifiés, mais l’argent qu’ils gagnent et envoient à leur famille tend à être moindre et irrégulier. Cette situation laisse de nombreuses femmes dans le besoin.

Les stratégies de microfinancement et de microcrédit pourraient constituer la solution à leur détresse, comme l’ont découvert des élèves du Programme du diplôme de l’IB de l’United Nations International School Hanoi (UNIS Hanoi).

Grâce à un partenariat avec Bloom Microventures, une organisation caritative locale, les élèves ont mis sur pied un projet d’apprentissage par le service baptisé « Microfinance for Change » [Le microfinancement au service du changement], dans le but d’agir à l’échelle locale et de découvrir les mesures qui peuvent être mises en place à l’échelle mondiale pour aider les populations des nations en développement à sortir de l’extrême pauvreté.

Le microfinancement et le microcrédit sont des services bancaires proposés à des personnes ou à des groupes de personnes sans emploi ou ayant de faibles revenus et qui n’ont pas accès à d’autres services financiers.

Bloom Microventures utilise des revenus du tourisme pour accorder des petits prêts (d’entre 100 et 300 USD) sans nantissement et à faible taux d’intérêt à des agricultrices ou à des femmes vivant dans des communautés agricoles pour les aider à démarrer leur propre activité, telle que l’élevage, et gagner ainsi un revenu durable.

À ce jour, 48 femmes de la commune de Phu Min ont reçu 5 000 USD chaque année scolaire, grâce à ce projet de service à la communauté.

La directrice du département Individus et sociétés et de l’UNIS Hanoi, Donna Frose, qui a supervisé le projet ces trois dernières années, a déclaré : « Nous sommes convaincus qu’en concentrant notre aide sur les femmes, nous pouvons mettre en place le changement le plus bénéfique qui soit au sein de cette communauté. Si l’on regarde les pratiques de microfinancement et de microcrédit dans le monde, les femmes sont celles qui tendent à redonner le plus à leur communauté. »

« Le microfinancement est une meilleure solution que les dons, a ajouté Akofa Wallace, conteuse de l’UNIS Hanoi. Il permet aux femmes de prendre le contrôle sur leur vie et les empêche de se retrouver en situation de dépendance, comme c’est habituellement le cas avec les dons. »

Les élèves réunissent également des fonds en achetant en gros du miel issu de la culture biologique qu’ils revendent à la communauté de l’UNIS Hanoi. Les bénéfices générés leur permettent d’augmenter les décaissements disponibles chaque année.

« Les élèves ont appris l’empathie et l’organisation et développé des compétences de marketing, a expliqué Mme Frose. Ils ont appris à évaluer les crédits et à comprendre différentes perspectives et ils ont également pris conscience du fait que le monde est complexe et confus. »

« J’ai rencontré les femmes qui participent à ce programme. Grâce à lui, elles se trouvent dans une bien meilleure situation, s’est réjouie Saloni Sharma, une élève du Programme du diplôme. Nous avons vraiment pu les aider à subvenir aux besoins de leur famille et à scolariser leurs enfants. »


Ce billet fait partie de notre série d’articles extraits du magazine IB World qui retracent les formidables initiatives entreprises par des élèves et des professionnels de l’éducation de l’IB du monde entier. Vous pouvez suivre ces articles sur Twitter via le compte @iborganization ou le mot clé  #IBcommunitystories. (en anglais uniquement). Racontez-nous vos histoires et vos expériences par courriel à l’adresse editor@ibo.org.