Top Nav Breadcrumb - French0

En savoir un peu sur tout

Comment le système éducatif de l’IB prépare-t-il les élèves à la suite de leurs études et à leur future vie professionnelle ? Gita Ekaputri, diplômée de l’IB, nous a expliqué en quoi le profil de l’apprenant et les matières du Programme du diplôme qu’elle avait étudiées lui avaient fourni les bases nécessaires pour poursuivre une carrière dans l’ingénierie civile et structurale.


Par Gita Ekaputri

Il y a plusieurs années, mon père m’a demandé de lire un livre de Robert Kiyosaki, intitulé Père riche, père pauvre. Ce n’est que récemment que j’ai été exposée à un bon nombre des bonnes leçons contenues dans ce livre. Cependant, celle qui me fascine le plus, c’est le message de Robert Kiyosaki « d’en savoir un peu sur tout ». J’ai eu du mal à comprendre ce message au début, mais je trouve qu’il correspond bien à mon choix de matières du Programme du diplôme de l’IB ainsi qu’à l’ingénierie civile, la voie professionnelle dans laquelle je me suis lancée.

Avant d’arrêter mon choix de matières du Programme du diplôme, je savais déjà que je voulais travailler dans le secteur de la construction. J’étais consciente du fait que j’allais avoir besoin de connaissances et de compétences solides en mathématiques et en physique, ainsi que de connaissances élémentaires en chimie. Comme l’IB exigeait que nous étudiions six groupes de matières, il m’a aussi fallu réfléchir à la matière de sciences humaines que je voulais étudier.

Ma mère travaille dans une banque et a toujours insisté sur l’utilité des connaissances économiques, quel que soit le domaine dans lequel j’allais travailler plus tard. C’est ce qui m’a décidée à étudier le cours d’économie niveau moyen (NM) de l’IB.

Gita Ekaputri s’est rendue à Patterdale, au Royaume-Uni, dans le cadre de ses études en ingénierie civile et structurale à l’Université de Manchester.
Pendant le Programme du diplôme, j’ai découvert qu’en plus d’aimer me plonger dans la mécanique et l’analyse, j’aimais apprendre sur les différents types d’interventions gouvernementales et de déficiences du marché en microéconomie.

J’ai vraiment compris l’importance d’avoir des connaissances dans ces domaines lorsque j’ai suivi l’unité d’évaluation environnementale dans le cadre de mon diplôme universitaire. Ces connaissances m’étaient utiles pour effectuer les évaluations d’impact économique, environnemental et social qui sont obligatoires avant la réalisation des projets d’ingénierie civile. J’ai compris pourquoi le « père riche » de Robert Kiyosaki l’encourageait à travailler dans les différentes branches de son activité. De cette manière, il développait un minimum de connaissances sur chaque problématique relative à son entreprise et pouvait réfléchir à des solutions pour les résoudre.

Il est […] essentiel d’avoir des connaissances équilibrées et de faire preuve d’ouverture d’esprit dans ce type d’environnement. Cela rend possible le partage des connaissances et des compétences et, partant, l’apport de solutions innovantes et viables.

Cette leçon s’applique de manière similaire aux projets d’ingénierie civile : en plus de savoir construire, nous devons également être capables de calculer le coût du projet et de déterminer son incidence sur les environs afin d’obtenir le soutien du gouvernement et des autres parties prenantes. Les projets d’ingénierie doivent être réalisés par une équipe interdisciplinaire composée d’un large éventail de spécialistes. Lors d’une visite sur site, un expert-métreur insistait pour que le responsable du site demande un béton Ministry of Transport (MOT) moins cher pour la couche de fondation alors que le type de béton nécessaire à cette construction particulière ne pouvait être acheté à un prix inférieur. « Pourquoi l’expert-métreur insiste-t-il autant ? », me suis-je demandé. Apparemment, il était inquiet parce qu’il ne restait qu’une marge de 15 000 GBP pour le projet.

Cet exemple illustre divers points de vue et la manière dont différents rôles au sein d’une société contribuent à la construction des connaissances, ce qui constitue l’un des éléments fondamentaux de la théorie de la connaissance. Il est donc essentiel d’avoir des connaissances équilibrées et de faire preuve d’ouverture d’esprit dans ce type d’environnement. Cela rend possible le partage des connaissances et des compétences et, partant, l’apport de solutions innovantes et viables. Comment acheter du béton MOT à un meilleur prix sans compromettre la qualité de la route ?

Le fait d’avoir des connaissances dans différentes disciplines n’est pas indispensable seulement en ingénierie civile ou en construction, mais dans chaque domaine. Restez ouverts aux nouvelles choses et vous pourrez résoudre des problèmes complexes avec des solutions créatives !,


Gita Ekaputri a reçu son diplôme de l’IB à la Binus International School Simprug, à Jakarta. Elle est en dernière année de deuxième cycle en ingénierie civile et structurale à l’Université de Manchester. Envoyez-nous votre témoignage sur l’IB à l’adresse alumni.relations@ibo.org.

,