Top Nav Breadcrumb - French0

Témoignage d’un parent d’élèves de l’IB : retour sur une expérience révélatrice en mathématiques

Sarah Son, dont les enfants étudient à la Kyoto International School (KIS), a comparé sa propre expérience de l’apprentissage des mathématiques avec le cours de mathématiques du Programme primaire (PP), qui encourage les élèves à s’approprier leur apprentissage.


Par Sarah Son

Petit à petit, je remarque que leur attitude à l’égard de la matière évolue. Ma fille me dit même qu’elle aime les mathématiques. Que se passe-t-il ?

Il y a 37 ans environ, j’ai commencé à apprendre les mathématiques de manière très traditionnelle. Comme beaucoup d’autres matières à l’époque, l’étude des mathématiques reposait principalement sur la mémorisation et des exercices répétitifs. Rien à voir avec le fait de réfléchir à des stratégies pour résoudre des problèmes. On nous demandait surtout de mémoriser des méthodes particulières pour résoudre des équations mathématiques.

En Corée, il est indispensable d’être bon en mathématiques pour être accepté dans une université prestigieuse. C’est une matière tellement déterminante que les élèves suivent souvent des cours dans une académie privée jusqu’à 1 heure du matin. Un jour, j’ai vu un documentaire de la BBC qui portait un regard extérieur sur la manière dont les élèves du deuxième cycle du secondaire se préparaient à l’examen SAT. Aujourd’hui, de nombreux élèves baissent les bras en mathématiques. Un grand nombre d’enseignants s’unissent contre l’administration, déplorant l’importance excessive accordée aux mathématiques, qui explique l’aversion des élèves pour la matière.

En tant que parent, j’espère juste que mes enfants ne détesteront pas les mathématiques, d’autant que moi-même, je n’ai pas aimé étudier cette matière. Cependant, petit à petit, je remarque que leur attitude à l’égard de la matière évolue. Ma fille me dit même qu’elle aime les mathématiques. Que se passe-t-il ? Comment peut-on aimer les mathématiques, me suis-je demandé. J’ai été écœurée par les exercices répétitifs et les règles à mémoriser, alors que mes enfants me disent apprécier la matière. Qu’est-ce qui a changé entre les mathématiques de mon époque et celles d’aujourd’hui ? [/quote]

Après avoir assisté à deux ateliers animés par le coordonnateur du PP de la Kyoto International School, je me suis rendu compte que les mathématiques pouvaient être amusantes et axées sur la réflexion. Les élèves ont la possibilité d’élaborer leurs propres stratégies et de devenir maîtres de leur apprentissage. Nous ne nous sommes pas obstinés à enseigner les mathématiques de manière traditionnelle sans raison. Cette méthode pourrait même avoir des avantages. Cela dit, je préfère vraiment cette nouvelle façon d’apprendre les mathématiques, car elle permet aux élèves de réfléchir à ce qu’ils apprennent. Ils peuvent s’approprier leur apprentissage, ce qui est essentiel pour continuer d’apprendre tout au long de leur vie. L’apprentissage ne doit pas s’arrêter à la fin de la scolarité. Il doit faire partie de notre vie. Or le fait d’acquérir des stratégies pour résoudre des problèmes permet à nos enfants de prendre le contrôle de leur vie et de gagner confiance en eux.

En tant que parent, et ancienne professionnelle de l’éducation, c’est une expérience presque enivrante de voir les enfants aimer les mathématiques.

Le plan du cours de mathématiques que j’ai été invitée à venir observer était pensé pour que les élèves s’intéressent à ce qu’ils allaient apprendre. Ils ont joué aux dés, un jeu qui, en plus d’être divertissant, constitue un outil mathématique bienveillant. L’enseignant posait une seule question aux élèves qui devaient trouver le plus de façons possible d’y répondre. Lorsqu’ils travaillaient de manière individuelle, les élèves trouvaient des réponses très intéressantes. Leur enseignant leur fournissait un retour d’information, ce qui est fondamental pour apprendre, puis les élèves expliquaient leur stratégie, consolidant ainsi leur apprentissage.

En tant que parent, et ancienne professionnelle de l’éducation, c’est une expérience presque enivrante de voir les enfants aimer les mathématiques. Cependant, nous ne devons pas négliger les différences culturelles. De nombreux pays ont un système éducatif très compétitif et tous les enfants n’ont pas accès aux mêmes possibilités. Il peut y avoir des niveaux très différents au sein d’une même classe. Les enseignants doivent se montrer attentifs et être capables d’enseigner à des élèves de tous les niveaux, afin de s’assurer que tous les élèves comprennent et s’approprient leur apprentissage en mathématiques.


 Sarah Son a enseigné dans le cycle élémentaire en Corée du Sud. Elle vit actuellement à Kyoto, au Japon. Ses deux enfants, Jake et Lilly, ont commencé à étudier à la Kyoto International School (KIS) en mars 2016. Ils apprécient tous les trois la vie scolaire et le programme d’études de cette école du monde de l’IB.

En quoi le système éducatif de l’IB aide-t-il votre enfant à s’épanouir ? Envoyez-nous un courriel à l’adresse [email protected]