Soutenir l’agentivité des jeunes apprenants

Jenny Yan, coordonnatrice du PP à la Summerhill International School, Japon

Cet article illustre l’importance d’écouter les élèves et l’apprentissage fécond qui peut avoir lieu lorsqu’on les laisse prendre l’initiative.

Planifier la recherche

Au cours de notre première année d’enseignement du Programme primaire (PP), les enseignants de la Summerhill International School sont passés d’un système de planification des modules de recherche avec leurs équipes à un processus collaboratif intégrant les opinions des apprenants dans les modules planifiés.

Écouter les opinions des élèves

Notre classe d’enfants de cinq ans explorait l’idée maîtresse selon laquelle « Les membres d’une communauté peuvent coopérer pour atteindre des buts communs » au sein du thème transdisciplinaire Comment nous nous organisons. Lors d’un regroupement en cercle, les élèves ont appris que leur enseignante s’était fiancée pendant la pause et étaient tout excités d’entendre parler de l’organisation de son mariage. En entendant qu’elle n’avait pas encore eu le temps de s’y consacrer, un apprenant a dit : « Ça va aller, nous pouvons t’aider à l’organiser. » Tous les élèves étaient très enthousiasmés par cette idée : le projet Mariage était né.

 Laisser les élèves prendre les rênes

« L’agentivité des apprenants peut être envisagée comme une situation dans laquelle les apprenants ont le “pouvoir d’agir”. Lorsqu’ils cessent d’être des destinataires passifs pour devenir beaucoup plus actifs dans le processus d’apprentissage, qu’ils sont activement impliqués dans les décisions sur l’apprentissage, ils font preuve d’une plus grande agentivité. » ~ Derek Wenmoth, initiative « 10 Trends » de CORE Education

Dans un premier temps, les élèves se sont demandé de quoi ils avaient besoin pour organiser le mariage. Lorsqu’ils ont commencé à partager leurs idées, ils ont décidé qu’il leur fallait un moyen de consigner leurs réflexions pour se les rappeler. Ils les ont notées sur des cartes qu’ils ont collées sur le mur. Un système destiné à organiser toutes les idées ainsi que les rôles et les responsabilités de chacun s’est rapidement mis en place alors que les élèves se préparaient à mettre leurs idées en pratique. Après une discussion en groupe, ils ont décidé de classer leurs idées en différentes catégories et de désigner qui ferait quoi.

Une fois lancés, ils ont commencé à endosser leur rôle au sein de l’organisation du mariage. Les élèves ont négocié leurs responsabilités avec leurs amis, géré leur propre matériel, puis choisi un lieu où stocker leur projet en cours. Ils ont aussi utilisé le calendrier pour gérer leur temps en comptant combien de jours il restait avant la fête du mariage.

Concrétiser le projet

Lorsque tous les préparatifs concernant la future mariée ont été finalisés, les élèves se sont penchés sur la cérémonie et la fête. Ils avaient décidé que, puisqu’ils ne pourraient pas assister au vrai mariage, ils feraient une fête de mariage en classe, avec leur enseignante. Cette décision a entraîné un nouveau questionnement sur la façon dont les gens célèbrent leurs mariages. Les enfants ont endossé leurs rôles d’organisateurs de mariage en planifiant et en organisant le programme des événements, la liste des invités, le code vestimentaire ainsi que la configuration et la décoration de la salle. Ils ont même trouvé un moyen de s’assurer que le marié serait bien présent au mariage !

Ce que nous avons appris

Tout au long de ce module, nous avons pu être témoins du pouvoir de l’agentivité de l’apprenant lorsque nous impliquons les élèves dans le processus de planification. Élèves comme enseignants ont beaucoup appris durant cette recherche. Avec un dialogue réfléchi, les enseignants ont compris tout ce qu’apportait le fait de suivre l’initiative des élèves et à quel point ces derniers deviennent autonomes lorsqu’ils ont les rênes de la recherche et s’investissent véritablement dans ce qu’il se passe. Au fur et à mesure que les enseignants se sentaient plus à l’aise avec la capacité des jeunes apprenants à diriger la recherche, la profondeur et la qualité de celle-ci se sont considérablement accrues.

Au début de notre enseignement du PP, nous avons essayé de planifier une recherche menée par les élèves en remplissant toutes les cases du modèle de planification des modules sans prévoir un espace d’expression pour les apprenants dans la planification. En tant qu’établissement qui venait de commencer à enseigner le Programme primaire de l’IB, cela nous rassurait de savoir que le module était planifié et, en un sens, « abouti » avant même d’avoir commencé l’apprentissage. À présent, notre réflexion a évolué, et nous avons un module planifié qui débute par quelques provocations efficaces et un environnement accueillant. En d’autres termes, le plan de travail préserve un espace pour les idées des enfants. La recherche menée par les élèves ne peut avoir lieu que lorsque nous écoutons et acceptons les idées des enfants, et prenons le temps de planifier le module tous ensemble.

Référence bibliographique :

WENMOTH, D. Ten trends 2014: Agency [en ligne]. Core Edtalks, 2014. Disponible sur Internet : <http://edtalks.org/#/video/ten-trends-2014-agency>.

 

Jenny Yan est coordonnatrice du PP à la Summerhill International School, un établissement scolaire candidat. Elle a sept ans d’expérience en tant que professionnelle de l’éducation du PP et met toute son énergie dans le soutien au développement de la pensée critique et créative chez les apprenants.

, ,

No comments yet.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.