Top Nav Breadcrumb - French0

Promouvoir les parcours en science, technologie, ingénierie et mathématiques en Espagne : un entretien avec Cristina Balbás

Group of kids working in laboratory. Focus is on small girl repairing computer part.

Nous avons demandé à quatre anciens élèves ce qui les a incités à consacrer leur carrière à une entreprise sociale. Cristina Balbás est diplômée du Programme du diplôme de l’IB du Li Po Chun United World College de Hong Kong.

Escuelab est un projet social visant à démocratiser l’accès à un enseignement scientifique pratique et interactif, en encourageant les vocations en recherche et en développant les compétences pour l’avenir des Espagnols de 4 à 14 ans, et ce, grâce à un éventail de programmes extrascolaires, d’ateliers et de stages. Cristina Balbás, fondatrice et présidente d’Escuelab, a répondu à nos questions.

« J’ai constitué une équipe de personnes expérimentées dans les domaines de la science, de l’éducation et de l’entrepreneuriat social pour étudier les causes sous-jacentes de l’intérêt décroissant dans le domaine des STIM. »

Qu’est-ce qui vous a incitée à mettre sur pied le projet Escuelab ?  

Au cours de ma formation universitaire de troisième cycle à l’institut national espagnol du cancer, je me suis impliquée dans des activités de sensibilisation en raison de mon intérêt pour les sciences et la communication. Je me suis vite rendu compte que beaucoup d’établissements scolaires étaient exclus de ces activités parce qu’il n’y avait pas suffisamment de places disponibles pour accueillir les élèves intéressés. Ceci, ajouté au fait qu’entre 2003 et 2012, le nombre d’élèves choisissant des filières STIM (science, technologie, ingénierie et mathématiques) en Espagne a diminué de 5 % (Eurostat, 2013), m’a fait réfléchir aux moyens de remédier à cette situation.

cristina feature image

Cristina Balbás est diplômée du Li Po Chun United World College de Hong Kong.

J’ai constitué une équipe de personnes expérimentées dans les domaines de la science, de l’éducation et de l’entrepreneuriat social pour étudier les causes sous-jacentes de l’intérêt décroissant dans le domaine des STIM. Avant de lancer officiellement le projet Escuelab, nous avons étudié les débouchés, parlé aux parties prenantes et organisé des ateliers pilotes dans différents milieux.

Chez Escuelab, nous nous appuyons sur les recherches en neuroéducation pour produire des ressources pédagogiques que nous utilisons dans nos programmes informels. Nous utilisons cette méthodologie unique dans nos ateliers, nos clubs scientifiques extrascolaires, ainsi que nos stages de sciences à la journée et résidentiels. Notre politique tarifaire prend en compte les conditions socioéconomiques des élèves, et nous avons conçu un programme de bourses qui permet aux élèves en situation de vulnérabilité socioéconomique de suivre nos programmes gratuitement.

« Nous sommes conscients qu’il existe de nombreuses entreprises sociales en émergence qui ne peuvent pas attendre qu’un changement législatif se produise, alors nous les guidons et partageons notre expérience. »

Quel est le défi le plus important auquel sont confrontés les futurs entrepreneurs de nos jours ? 

La plus importante lacune que j’ai observée est l’absence d’un cadre juridique pour les entreprises sociales. Dans le système espagnol, il n’existe pas de forme juridique pour les entreprises sociales. Dans notre cas, nous avons choisi de mettre en place à la fois une association à but non lucratif et une entreprise classique afin de concilier l’impact social et la durabilité économique. Cette solution est loin d’être idéale, car elle multiplie par deux nos besoins de fonctionnement.

Pour remédier à ce problème, nous avons adopté une double approche.

  • Pour parvenir à une solution définitive, qui, nous l’espérons, se concrétisera à moyen terme, nous militons en faveur de la création d’une dénomination juridique adaptée aux besoins du nombre croissant d’initiatives qui relèvent de l’écosystème naissant de l’économie sociale en Espagne. Nous le faisons de façon informelle, par l’intermédiaire de conversations avec des dirigeants et des décideurs, et de façon formelle, par l’intermédiaire de notre participation à des initiatives et à des forums officiels.
  • À court terme, nous sommes conscients qu’il existe de nombreuses entreprises sociales en émergence qui ne peuvent pas attendre qu’un changement législatif se produise, alors nous les guidons et partageons notre expérience en tant qu’organisation dotée d’une structure hybride. Encore une fois, nous accomplissons cela à la fois de manière informelle et formelle, par l’intermédiaire de nos réseaux, en accompagnant et en accélérant des programmes pour les entreprises sociales en Espagne.

En quoi le système éducatif de l’IB a-t-il soutenu votre carrière ?

L’IB et les United World Colleges m’ont appris à remettre en question le statu quo, à rechercher des solutions novatrices aux problèmes sociaux et à me doter des outils nécessaires pour lancer avec succès un projet durable. La composante « service » de l’IB, qui est particulièrement mise en valeur au sein des UWC, a été essentielle pour me faire prendre conscience que se faire artisan du changement pouvait devenir un mode de vie.

Cristina Balbás est la fondatrice d’Escuelab, une entreprise située à Madrid, en Espagne.

Pour en savoir plus sur les diplômés du Programme du diplôme, lisez les témoignages sur les programmes de l’IB. Envoyez-nous votre témoignage sur l’IB à l’adresse alumni.relations@ibo.org.

Autres témoignages de cette série sur l’entrepreneuriat social:

Ena Peeva a cofondé EDUACTIVE Società Cooperativa pour autonomiser les élèves, leur donner accès à des occasions d’apprentissage internationales et leur enseigner des compétences axées sur l’emploi.

Krista Kaufmann a rejoint une jeune entreprise internationale, Impact Hub, pour aider les entrepreneurs à accéder à des ressources de formation utiles, à des espaces de travail et à des réseaux de renforcement communautaire

Urs Riggenbach a rejoint GoSol.solar où il travaille en vue d’apporter l’énergie solaire thermique aux entrepreneurs dans les marchés en développement, par l’intermédiaire des infrastructures et de la formation.